k

If you’d like to try an alternative to classic porcelain, then Tonda is the perfect complement to your home.

Newsletter

[contact-form-7 404 "Not Found"]

Follow us

Chercher un produit

Camille de Soos

Rencontre avec Camille de Soos

Camille de Soos, créatrice de sa propre marque de bijoux, nous livre ses inspirations et nous en dévoile un peu plus sur sa nouvelle collection : BOSCO

Deux petits mots pour vous présenter ?

Créative / exigeante

Comment avez-vous lancé votre marque de bijoux ?

Cela faisait des années que, manuelle et passionnée de bijoux, je rêvais dans un coin de ma tête à créer ma propre marque…avec ce fameux équilibre vie pro-perso tant recherché par les jeunes mamans, même passionnée par mon job d’architecte, j’ai fait le choix de me lancer en me disant: « Vas-y, Camille, fonce, on pourra te critiquer, ce sera dur, mais au moins cela aura du sens, et tu as une âme d’entrepreneur! Qui ne tente rien n’a rien! ». Mon mari a été mon premier soutien, il continue de m’épauler pour prendre les bonnes décisions aussi, et même si c’est sportif avec l’arrivée d’un 3eme enfant très prochainement, il n’y a pas un jour où je regrette de m’être lancée.

Comment imaginez-vous vos collections ? Quelles sont vos inspirations pour cette nouvelle collection ?

Mes études d’architecture m’ont beaucoup nourri et continuent de m’influencer lorsque je travaille à la fois sur les premières esquisses pour une collection, mais aussi sur les fiches techniques et le dessin ultra détaillé, les contraintes de formes, de poids, de matériaux lorsqu’on réalise les prototypes d’une collection. Je reste très sensible aux formes graphiques, structurées, et j’aime à la fois le minimalisme et la recherche de l’harmonie des formes pendant la période foisonnante Art-Déco.

Pour cette nouvelle collection Bosco, j’ai dû faire le dur choix de privilégier un des nombreux motifs de mon carnet (je dessine tout le temps!) pour me focaliser sur ce motif de fleur de lotus égyptienne (selon les mots de ma grand-mère!) que j’ai essayé de moderniser. Il a fallu pour cela des dizaines d’heures à l’atelier avec notre maquettiste Laurent, pour modifier et adapter ce motif graphique à tous les types de bijoux (de la boucle d’oreille à la manchette) en respectant les contraintes de solidité, surface, poids, mise en forme, etc. Un travail de longue haleine de février à juin!

Pourquoi « Bosco » ?

Toutes les collections ont un prénom masculin…que j’affectionne particulièrement. Mes enfants ne portent pas l’un de ces prénoms mais j’ai voulu mettre une touche très personnelle dans les noms de ces collections. Bosco, ça ressemble à un beau mec qui a du caractère, non ?

De quelle manières vos bijoux ont-ils évolué par rapport à la première collection ?

C’est un vrai challenge que je me suis lancée car c’est une technique différente en bijouterie par rapport aux 3 premières collections (Ladislas, Ambroise, Octave). Avant il s’agissait de découpe (sur des plaques de laiton plates), pour Bosco j’ai voulu travailler le volume et la texture, il s’agit donc de fonte (moule en silicone où on coule de l’étain dans notre forme), puis on polit, on met en forme et on dore. Dans le choix des bijoux, j’ai également fait le choix de décliner beaucoup de boucles d’oreilles, un bijou qui, je trouve, peut être ultra féminin et faire la différence (un grand choix entre créoles/ boucles couture/petites boucles faciles à porter aussi). La manchette est aussi une vraie pièce à part, elle a demandé beaucoup de temps et de patience pour arriver à ce résultat-là. J’en suis très fière! Je l’ai testé tout l’été pour voir la réaction de mes proches et c’est clair, c’est LE bijou qui habille le poignet sans rien d’autre !

Avez-vous des conseils pour toutes les jeunes femmes mamans qui souhaiteraient se lancer ?

Mettre à jour sa to do list en permanence, prioriser, s’organiser, pour dégager du temps pour nos vies de mamans, épouses, entrepreneures et femmes. Savoir prendre du recul (dur!), bien s’entourer, déléguer si possible, pour arriver à tout gérer sans être épuisée. S’écouter en somme et croire en son instinct ! Tant pis si on se plante, on rebondit face à l’échec, et on recommence ! Nos enfants sont là pour nous faire relativiser et se focaliser sur l’essentiel.

Un mantra qui vous guide au quotidien ?

« Il en faut peu pour être heureux »

Votre rêve le plus fou en tant que créatrice ?

Continuer à dessiner une collection par an, m’éclater en recherche et création avec l’atelier, développer quelques points de vente et mon eshop, trouver une super associée. Continuer d’apprendre, encore et toujours, et de rendre quelques personnes heureuses en leur offrant un de mes bijoux!

Retrouvez Laure d’Alençon sur son site

Instagram

camille_desoos_paris